Dans le précédent billet, je vous présentais une technique de brainstorming pour rassembler vos représentations passées et présentes du métier, dans le but de mesurer votre degré de motivation actuelle et vous aider à prendre la bonne décision : se reconvertir ou pas.

Aujourd’hui, je vous fournis quelques pistes pour l’analyse de vos réponses aux questions suivantes :

  • pourquoi j’ai choisi ce métier
  • ce que je n’aime pas dans ce métier
  • ce que je n’aime plus dans ce métier
  • ce que j’aime dans ce métier

Relisez la première liste, « pourquoi j’ai choisi ce métier ». Vous devez faire le tri parmi ces idées :

  • lesquelles ont encore de l’importance pour vous, autrement dit quelles sont les raisons qui pourraient vous faire choisir un autre métier mais pour les mêmes raisons ?
  • lesquelles ne vous parlent plus ?
  • pouvez-vous relier ces raisons à votre état d’esprit de l’époque ? Peut-être y avait-il des raisons plus ou moins inconscientes, qui vous apparaissent plus clairement maintenant.

A partir de tout cela, essayez de décrire le travail idéal pour vous. Il ne s’agit pas de trouver un nom de métier, mais de lister les points qui sont importants pour vous, pour vous épanouir dans le travail. Ces points peuvent être nombreux ou non, contradictoires ou non, inconciliables ou non…pour le moment, écrivez ce à quoi vous aspirez. Puis, comparez ces critères avec ceux qui ont fait que vous aviez choisi d’être enseignant : y a-t-il des points compatibles, similaires ? A l’aide de ces données, vous pouvez estimer le degré d’éloignement de votre métier actuel par rapport à votre métier idéal. Cela ne voudra pas forcément dire que moins vous aurez de points en commun entre vos deux listes, moins vous avez intérêt à rester dans l’enseignement. Car il y a mille façons d’enseigner, nous ne connaissons pour la plupart que le giron de l’Education Nationale. Ceci fera d’ailleurs l’objet d’un prochain billet.

Revenons aux listes intitulées « ce que je n’aime plus dans ce métier », « ce que je n’aime pas dans ce métier », « ce que j’aime dans ce métier ». A présent, vous pouvez dégager de ces listes les points plus précis qui vous éloignent ou vous rapprochent de l’enseignement. Cela constitue un complément de l’analyse précédente, qui viendra confirmer les observations déjà faites.

Voyons plus en détail comment analyser chaque partie.

« Ce que je n’aime pas dans ce métier » constitue a priori une réalité irréfutable voire irréversible. Ce sont les points que vous avez découverts par l’expérience et qui vous gênent clairement, vous empêchent de vous sentir épanoui au travail. Ce sont donc les éléments pour lesquels il sera sans doute difficile de faire bouger les choses, les points pour lesquels une amélioration sera difficile.

« Ce que je n’aime plus » par contre, répond à la question annexe de l’évolution de votre perception du métier. A ce stade, il sera bon d’examiner en profondeur les raisons de cette évolution. Pourquoi n’aimez-vous plus tel ou tel aspect ? Est-ce que vous êtes lassé, vous n’en voyez plus l’intérêt ? Est-ce que vos conditions actuelles d’exercice pèsent dans les points que vous n’aimez plus ? (classe difficile, distance au domicile, etc) Autrement dit, il faut parvenir à cerner ce qui relève de contraintes extérieures pouvant changer, de ce qui correspond à un véritable changement de point de vue de votre part. Peut-être y a-t-il des aspects que vous ne souhaitez plus subir, même dans un cadre idéal de travail. Alors que d’autres points peuvent peut-être être atténués, en changeant de point de vue, en entamant des démarches pour les améliorer et faciliter votre action.

Enfin, à l’aide de vos deux feuilles de résultats, tentez de dresser le bilan de la situation. Je vous propose deux outils pour le faire.

– un tableau inspiré de l’analyse SWOT, qui considère deux points de vue croisés :

Points positifs Points négatifs
Point de vue de de la conception métier en lui-même Aspects positifs du métier qui me motivent encore Aspects du métier qui ne me motivent pas ou plus
Point de vue des conditions d’exercice du métier Possibilités d’évolution de ma pratique ou de mon poste actuel Risques de dégradation de ma pratique ou de mes conditions d’exercice

D’autres questions pertinentes ici, pour être sûr de vouloir changer sans regret.